Aujourd'hui tu sera couchée dans la terre rouge fraichement retournée. Tu te reposera auprès de ton mari sous le grand arbre près de l'église de Kribi. Aujourd'hui je ne serais pas là, auprès des miens pour te dire adieu. Je m'en veux de ne pas t'avoir vu une dernière fois, je devais venir te voir en janvier, te présenter mon mari, mes enfants... et peut être tu aurais oubliée mon prénom, je t'aurais vu quand même. Ton souvenir restera toujours en moi. Celui d'une femme juste et bonne, souriante, blagueuse et digne... Avec toi c'est mon enfance qui s'en va pour de bon. Repose en paix mémé. Avec toute mon affection, Karine.